le blog de Sylvie

Un autre regard

lundi 15 septembre 2008

je me suis envoyée en l'air

La tête la première

J’en rêvais depuis très longtemps et mon chéri me l’a offert pour mon anniversaire. Un saut en parachute en tandem à 4000 mètres d’altitude. J’ai pu le réaliser le 23 août à Fretoy le Château. Je ne suis ni inconsciente, ni casse cou et pas beaucoup plus téméraire que la moyenne.

J’ai une passion pour la mer et le grand large. J’aime pouvoir partir en mer faire une croisière sur un voilier bercé par le rythme des marées, des courants et du vent parfois capricieux. En mer je perds très rapidement le contact avec mon quotidien de citadine.
J’ai une autre passion bien plus récente, découverte grâce à mon cher et tendre qui est la plongée en bouteille. Sous l’eau je suis à l’aise, je me sens comme en apesanteur. Face à une faune et une flore de toute beauté je suis en contemplation et je n’ai jamais envie de refaire surface.

Il y a quelques années j’ai découvert le parapente à Salary Soulan (dans les Pyrénées). Quand j’ai repris contact avec la terre ferme je n’avais qu’une envie décoller de nouveau pour pouvoir voler comme un oiseau et jouer avec les courants pour rester le plus longtemps possible en l’air et prolonger mon vol. Tout la haut j’avais un sentiment de plénitude et de béatitude. J’étais dans un état second comme lorsque je suis en plongée ou au large sur un voilier.

Mon saut en parachute c’était surtout pour découvrir d’autres sensations. Je voulais absolument sauter à 4000 m et faire une chute libre à environ 200 km/heure pendant pratiquement 1 minute. Ensuite une fois le parachute ouvert j’ai pu admirer le paysage qui arrive très (trop) vite.

Au bord du vide

Le moment le plus intense est celui où sanglée au moniteur, mon corps est dans le vide les pieds sous la carlingue de l’avion. A ce moment j’ai hâte d’être propulsé dans le vide et de chuter à très grande vitesse (200 km/h). Pendant 1 minute environ de chute libre j’ai ressenti un très grand frisson et j'en ai eu la respiration coupée.

Chute libre à 200 km/heure

J’aurais souhaité que ce instant dur plus longtemps encore. Mais à 1500 mètres il a bien fallu ouvrir le parachute. A ce moment le choc est assez violent et le corps encaisse quelques bonnes secousses. J’ai eu la chance de sauter avec un moniteur très cool qui a fait quelques virages à droite et à gauche histoire d’avoir quelques sensations comme je le souhaitais.

Atterrissage

L’atterrissage a été un peu sport mais à l’arrivée je n’avais qu’un désir reprendre l’avion pour sauter encore.

Vous l’avez compris j’aime être sur et sous l’eau et maintenant je sais aussi que j’aime aussi être dans les airs que se soit en parapente ou en parachute.

Alors, heureuse ?

J’ai vécu un moment inoubliable que j’aimerais de nouveau réaliser en bord de mer ou à la montagne pour la beauté des paysages.

Je vous montre sur ce blog quelques photos prisent par Denis et le vidéo man qui a sauté en même temps que moi. Le reste des photos sur flickr. Peut-être avez vous vous aussi vécu ce genre d’expérience alors n’hésitez pas à me les faire partager.

Posté par blogdesylvie à 08:25 - Emotions - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    wooo
    Comme un oiseau...

    Posté par Doc, lundi 15 septembre 2008 à 21:06
  • ça donne super envie !!! t'as fait ça où ???

    T'as trop de chance, ça devait être génial !

    Posté par L-tz, lundi 15 septembre 2008 à 22:52
  • Doc > me prendre pour un oiseau j'en rêve.

    Eric > c'était fantastique, j'ai même la vidéo
    Le lien si tu veux aussi tenter l'expérience http://www.eiceps.fr/welcome/index.php

    Posté par sylvie, lundi 15 septembre 2008 à 23:05
  • Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaa en apesanteur ! (t'as reconnu calogero j'espère !)
    C'est super de l'avoir fait !

    Posté par Marie, mardi 16 septembre 2008 à 10:53
  • Merci ! On en reparlera plus en détails la prochaine fois, parce que ça me tente bien ça

    Posté par L-tz, mardi 16 septembre 2008 à 10:57
  • Bravo ! Et félicitations...

    C'est une expérience que j'ai toujours voulu tenter également, sans avoir jamais eu le temps ou l'opportunité. Plonger, c'est excellent, mais essayer l'autre apesanteur doit offrir d'autres sensations.

    Très bien raconté, merci...

    Posté par Marie-Ange, mardi 16 septembre 2008 à 17:47
  • C'est génial hein ?
    J'ai fait ça il y a quelques années avec Dom en Afrique... C'est juste un souvenir impérissable (pas comme la vidéo où j'ai juste l'air constipée !)
    En tout cas félicitations pour avoir osé ;o))

    Posté par Manou, mercredi 17 septembre 2008 à 14:31
  • Bravo Sylvie !

    Bravo d'explorer l'autre dimension de l'apesanteur...

    Posté par Francis Le Guen, lundi 22 septembre 2008 à 06:55

Poster un commentaire