le blog de Sylvie

Un autre regard

mardi 20 novembre 2007

GASTRONOMIE ET MALBOUFFE

SuperHam_02Le vocable malbouffe était évoqué au début des années 80, il servait principalement à désigner les fast foods qui proposaient des aliments trop riches en matière  grasse et en sucre. Mais peu à peu cette terminologie s’est élargie à notre alimentation quotidienne.

Les Français eux aussi sont atteint par la malbouffe. Nous mangeons trop de viandes, trop salés, des aliments riches en sucre et en graisse animale. Sans oublier les grignotages devant la T.V qui sont pire que tout. Par contre  nos assiettes sont pauvres voir nul en céréales, légumes, fruits et laitages. Alors il ne faut pas s’étonner de la prise de poids dès l’enfance.

Ces déséquilibres alimentaires ont des conséquences sur notre santé à plus ou moins long terme et notamment les maladies cardio-vasculaires. Le manque d’activité physique associée à une alimentation trop riche a évidement une forte influence sur l’augmentation de l’obésité.

Mais ils n’est pas toujours évident de faire des repas équilibrés. Il est préconisé de consommer tous les jours des fruits et des légumes. Mais étant donné le prix de ces denrées il est impossible pour des familles aux revenus moyens de pourvoir à une alimentation saine et équilibrée.

Par contre il seraient souhaitable voir nécessaire de supprimer tous les distributeurs de sucreries dans tous les lieux publics   ( y compris les entreprises). Pourquoi ne pas mettre des fontaines à eaux dans les établissements scolaires ? Dans les écoles primaires ne pourrait-on pas proposer pour le goûter des laitages et des fruits à l’ensemble des enfants. Cela permettrait à tous ceux qui n’ont pas l’occasion d’en consommer régulièrement chez eux  de pouvoir au moins une fois par jour y avoir accès. Je sais bien que l’école ne peut se substituer à la cellule familiale mais il y a va de la santé et de l’avenir des enfants.

Evidement il est quasi impossible de demander à une mère de famille de se lancer dans la gastronomie tous les soirs de la semaine. En général après le travail une nouvelle journée commence  de retour à la maison. La préparation des repas fait partie de ces tâches bien souvent dévolue aux femmes qui font bien souvent comme elles peuvent. Faute de temps, d’argent et prenant aussi en compte les différences de goûts dans la famille, les menus ne sont pas forcément ce qu’il y a de plus diététiques.

Je pense que tout est une question de culture mais bien plus encore d’éducation. Et comme pour beaucoup de domaine cela commence des l’enfance.

Posté par blogdesylvie à 08:12 - Société - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Vaste sujet effectivement.
    Nous allons a notre mort....Nous avons semé, nous récoltons....il y a un juste retour des choses ou des évenements....
    Pareil pour l'environnement nous consommons, il faut aller plus vite, plus haut et pourquoi ? est ce que quelqu'un a la réponse, nous sommes entrain de faire une société a usage unique....Bravo
    Je vous souhaite une belle fin de soirée
    Ge

    Posté par Jevie, mardi 20 novembre 2007 à 16:26
  • Coucou Sylvie ! Sujet qui m'intéresse particulièrement...
    tu dis: "Il est préconisé de consommer tous les jours des fruits et des légumes. Mais étant donné le prix de ces denrées il est impossible pour des familles aux revenus moyens de pourvoir à une alimentation saine et équilibrée." Permet-moi de penser que c'est en partie faux, parce que sur les marchés (même à Paris) et dans les fermes (en province), on trouve des fruits et légumes non seulement moins chers mais aussi de meilleure qualité (quand ils sont de saison bien évidemment) que dans n'importe quelle grande surface, le tout étant bien évidemment de libérer du temps pour faire des courses dignes de ce nom (ce qui manque incontestablement à la classe moyenne qui trime), question donc d'information et de façon de vivre (d'allocation du temps libre). Il y aurait tant à dire mais je me limite à cette réflexion. bises !

    Posté par mimie in vivo, mardi 20 novembre 2007 à 22:12
  • Jevie > Malbouffe et environement sont le reflet de notre société. L'excès.

    Mimie in vivo > Acheter sur les marchés d'accord mais il n'y a pas des marchés au 4 coins de la rue. Donc la tendance est au plus facile et au plus rapide quand les mères travaillent : le supermarché qui est sur leur trajet. En plus ici il n'y a pas forcement de grandes differences de prix entre le marché et la superette. Je n'ai pas ce probleme et j'ai de la chance car j'ai le choix et en plus je vais travailler à pied.

    Posté par sylvie, mercredi 21 novembre 2007 à 20:46
  • Et pour se documenter...

    A lire absolument, sur ce thème : "Toxic", un livre publié par William Reymond, qui a déjà écrit et publié d'autres livres sur Coca-Cola, ou JFK, etc... "Toxic" révèle comment la malbouffe a été créée, par qui, et comment elle est arrivée jusque chez nous. D'autre part il tire la sonnette d'alarme chez les parents qui offrent à leurs enfants quelques sucreries théoriquement inoffensives, telles le Nutella... Et je m'en veux !...

    Posté par Monde Ailleurs, dimanche 2 décembre 2007 à 08:35

Poster un commentaire